Principal Autre Smart Mouth : un marathon de cuisine de Séoul, à la manière des Coréens

Smart Mouth : un marathon de cuisine de Séoul, à la manière des Coréens

Smart Mouth fait une visite nocturne des nombreux restaurants de Séoul, exactement comme le font les Coréens.

Les plats coréens, comme les super-héros, sont traditionnellement dotés de pouvoirs spéciaux. Kam ja tang, un ragoût de pommes de terre et de côtes de porc, est un remède contre la gueule de bois. Les pattes de poulet amélioreront votre teint - il suffit de demander à n'importe quelle adolescente. Et la soupe d'anguille grillée ou de poulet avec du riz et du ginseng sont parmi les nombreux plats que les serveurs vous diront sincèrement comme étant bons pour l'endurance. Après un séjour de cinq mois à Séoul, j'ai décidé que la dernière qualité n'est pas simplement une insinuation, mais une compétence de survie clé si vous vivez et travaillez dans cette métropole infatigable, où même le dîner peut être un marathon de huit heures.

Les Coréens privilégient une approche il-cha, i-cha, sam-cha – premier tour, deuxième tour, troisième tour – pour dîner toute la nuit dans une série de bars et de restaurants. Ces longues tournées riches en calories peuvent constituer une prolongation du stress de la journée de travail, car les accords commerciaux sont souvent conclus au cours du troisième tour instable, et personne ne peut rentrer chez lui tant que le patron n'est pas trop fatigué ou trop ivre pour continuer . Mais pour le visiteur étranger, le circuit nocturne peut être une plongée dans la cuisine coréenne et une chance de nouer des liens avec de nouveaux compagnons de voyage.

À chaque arrêt, vous devenez des amis plus proches, dit Daniel Gray, l'auteur du populaire Blog Seoul Eats , qui organise une excursion nocturne multi-destinations pour les touristes.

J'ai apprécié ma part de soirées prolongées et, alors que mon séjour touchait à sa fin, j'ai réuni un groupe d'amis pour une dernière virée dans certains de mes quartiers et plats préférés.

Nous avons commencé à Hong-dae, le quartier des arts entourant l'université Hongik, qui est l'une des meilleures destinations de la ville pour la musique live, les discothèques et les barbecues coréens. Après avoir traversé des foules de 20 ans et plus, passé des lecteurs de cartes de tarot et des stands de vêtements vintage, nous avons trouvé refuge dans un restaurant caverneux appelé Sexy Pig and Intestines. Un cochon de bande dessinée en robe de soirée a annoncé le tarif, avec des intestins en lettres coréennes.

Notre groupe d'expatriés, pour la plupart, a opté pour le samgyeopsal classique, d'épaisses tranches de poitrine de porc, que nous avons grillées des deux côtés de notre table sur du charbon de bois ardent. Le kimchi, le célèbre chou mariné épicé de Corée, coupe la graisse, tout comme le soju, ou la vodka coréenne, qui est souvent versée généreusement avec de la viande.

adresse et numéro de téléphone du siège social de delta air lines

Nous avons utilisé des pinces ou des baguettes en métal pour retourner le porc grésillant. Le serveur a sorti des assiettes pleines de poivrons verts épicés, d'oignons et de champignons à charger sur le gril ou à manger crus. Lorsque la viande était sombre et croustillante sur les bords, nous avons enveloppé les morceaux tendres dans de la laitue rouge ou des feuilles de sésame et les avons mangés avec une cuillerée de pâte de soja.

Heureux de notre premier cours, nous avons hélé des taxis jusqu'à notre prochaine destination, Insadong, le cœur du vieux Séoul, un quartier de maisons de thé et de magasins de céramique. Là, nous avons rencontré Gray, qui nous a conduits à son repaire préféré de makkoli. Pendant des siècles, une boisson bon marché préférée des agriculteurs, le vin de riz au lait est aujourd'hui infusé de thé vert ou de racine de taro et vendu dans les bars urbains les plus branchés.

Nous avons commandé du makkoli avec du sook-karu ou de la poudre d'armoise (parfois plus lyriquement traduit par sauge coréenne). J'étais sceptique lorsque Gray versa la boisson verdâtre dans nos bols, mais le goût était doux et sucré.

Pajeon, une crêpe à base d'œufs, de fruits de mer et d'oignons de printemps, est un complément préféré au makkoli. Ici, la spécialité était le bindaetteok, un plat similaire à base de haricots mungo. C'était un plaisir pour la foule. Nous avons arraché des morceaux chauds et croustillants avec nos baguettes et les avons trempés dans de la sauce soja. Nous avons également grignoté des quartiers de tofu chauds servis avec du kimchi tout en comparant des notes sur la façon dont la nourriture coréenne a été adoptée - ou bâtarde - dans nos pays d'origine. (Un silence affligé a suivi la mention de la version kimchi de la choucroute et du piment rouge broyé de Rachael Ray.)

Sam-cha. A quelques pâtés de maisons, nous avons trouvé un pochamacha, ou un restaurant sous tente. Ces stands de nourriture glorifiés sont un dernier arrêt populaire, servant des œufs gras ou des collations épicées destinées à vous réveiller au petit matin, comme des huîtres froides recouvertes de piments verts et rouges ou des pieds de poulet croustillants trempés dans une sauce piquante et servis avec un plastique gant pour garder votre main propre.

qu'est-ce qu'une hotte

Les barres de tente, généralement d'un orange à cône de signalisation incomparable, incarnent un style sans fioritures que j'ai appris à aimer dans tant de restaurants coréens, même la variété à quatre murs et une porte.

Pour être juste, je dois dire qu'il existe de nombreux endroits magnifiques et calmes où vous enlevez vos chaussures et vous vous asseyez sur des oreillers en soie et vous régalez de délicats gâteaux de riz avec des graines de citrouille ou du bœuf épicé servi sur des aiguilles de pin. Mais le restaurant moyen que vous passez 1 000 fois sur le chemin du métro est installé à la hâte, éclairé par des fluorescents et rempli de formica.

Dans ces endroits, vous sirotez de l'eau dans une tasse en étain, allumez votre propre ragoût sur un réchaud portatif au propane et repartez avec de la pâte de chili sous vos ongles et une odeur de fumée et d'huile de cuisson dans vos cheveux.

Au restaurant sous la tente dans lequel nous nous sommes promenés, des rouleaux de papier toilette servant de distributeurs de serviettes étaient suspendus au plafond et de lourdes carafes d'eau maintenaient les rabats verrouillés. Nous avons dégusté une boisson appelée cheongha, qui ressemble au soju mais a le goût du saké, et avons dévoré une omelette roulée arrosée de ketchup et des bols de nouilles udong avec des algues et du gâteau de poisson. Les gésiers de poulet sautés au poivron vert et aux oignons refroidissaient sur la table.

Sa-cha et o-cha, nos quatrième et cinquième arrêts, se sont mélangés dans une quête de bière non coréenne, qui, en somme, n'est pas si bonne. Nous nous sommes arrêtés brièvement dans un nouveau pub de microbrasserie près d'Itaewon, un quartier international près de la base militaire américaine, puis nous nous sommes installés dans un endroit avec une table de billard que nous avons trouvée de l'autre côté d'un pont piétonnier et au coin de la rue. Dans une cabine aux coussins verts à côté d'une fenêtre fumante encadrée de lumières de Noël, la fatigue s'est installée.

Nous l'avons appelé une nuit vers 4 heures du matin, deux heures complètes avant que des foules de fêtards ne frissonnent sur les quais du métro en attendant le premier train de retour. À cette heure sans trafic, mon taxi a filé devant des enseignes au néon sans fin et un marché de gros ouvert toute la nuit. À la maison, j'ai baissé mes stores contre les lumières clignotantes et j'ai finalement fermé les yeux.

Nous participons au programme d'associés d'Amazon Services LLC, un programme de publicité d'affiliation conçu pour nous permettre de gagner des honoraires en nous connectant à Amazon.com et à des sites affiliés.

Michael Alison ChandlerMichael Alison Chandler a écrit sur les familles et les questions de genre pour le Washington Post. Elle a quitté The Post en avril 2018. Ces dernières années, elle a également couvert l'éducation. Suivre